À propos de Mycoplasma

Les bactéries Mycoplasmes, de la classe Mollicutes, étaient autrefois considérées comme des virus en raison de leur capacité à passer à travers des filtres qui bloquent le passage des bactéries ordinaires grâce à une membrane déformable.

Elles sont maintenant connues comme les bactéries libres les plus petites, fastidieuses, et auto-reproduisible. Leur absence de paroi cellulaire rend inutiles les antibiotiques traditionnellement actifs par la paroi cellulaire. Des espèces de mycoplasmes, dont Mycoplasma fermentans, ont été identifiées chez les arthropodes hématophages (se nourrissant de sang). Les tiques Ixodes sont un parfait exemple, sachant qu’elles transmettent également la maladie de Lyme, la Babésiose, l’Ehrlichiose et Bartonellose. Dans une étude publiée, 17,4% des 230 résidents américains symptomatiques, résidant dans une zone endémique pour les maladies transmises par les tiques ont été testés positifs à Mycoplasma.

Tests disponibles pour Mycoplasma

Anticorps

Mycoplasma pneumoniae-IgM, Mycoplasma pneumoniae-IgA et Mycoplasma pneumoniae-IgG
(tube sérique)

PCR

Mycoplasma pneumoniae-PCR sanguin
(2 x tube EDTA ou salive, sécrétion)

Bactéries:

Mycoplasma pneumoniae, Mycoplasma fermentans (gram-positif, intracellulaire)

Vecteur / Transmission:

Infection aérienne (aérogène), d’humain à humain, tiques (suspecté/non-prouvé)

Symptômes:

Fatigue (100%), fièvre, douleurs articulaires, articulations enflées, douleurs musculaires, maux de tête, insomnie, anxiété, instabilité émotionnelle, manque de concentration, perte de mémoire, autisme.

Associations:

Encéphalite myalgique (EM), «syndrome de la guerre du Golfe», syndrome de Guillain-Barré, sclérose latérale amyotrophique, autisme, syndrome de Fatigue chronique (SFC), arthrite rhumatoïde (AR).

Facteurs de risque:

Immunosuppression (enfants / personnes âgées)